Présidentielle au Chili: le conservateur Sebastian Piñera l’emporte après le dépouillement presque complet des voix (officiel) 

  • Constant Legagneur
  • 17 décembre 2017
  • Commentaires fermés sur Présidentielle au Chili: le conservateur Sebastian Piñera l’emporte après le dépouillement presque complet des voix (officiel) 

Au Chili, le candidat conservateur Sebastián Piñera est clairement en tête du second tour de la présidentielle avec la plupart des votes comptés.
Il est contre Alejandro Guillier, qui a été approuvé par l’actuelle présidente socialiste Michelle Bachelet.
Avec plus de 90% des votes comptés, M. Piñera a plus de 54%.

le scrutin a été présenté comme un choix direct entre des visions économiques très différentes pour le pays, avec des observateurs à l’affût d’un mouvement de droite.
Environ 14 millions étaient éligibles pour voter à l’élection, y compris les Chiliens vivant à l’étranger pour la première fois.

L’homme d’affaires milliardaire M. Piñera a remporté le premier tour de scrutin avec une large marge, lorsque le nombre de candidats est passé de huit à deux pour un dernier tour.
Il a déjà dirigé le pays de 2010 à 2014, quand il a mis fin à deux décennies de régime ininterrompu de centre-gauche. Mais l’ancien président n’a eu qu’une mince avance dans les derniers sondages avant le vote électoral de dimanche.
Au cours de sa campagne, il a promis de freiner les réformes apportées par la présidente Bachelet, tandis que son opposant, M. Guillier, a fait campagne sur le dos de son héritage.
Alors que le programme progressiste de la présidente Bachelet a reçu des éloges à l’étranger, sa popularité a chuté pendant son second mandat, en partie à cause d’un scandale de corruption en 2015 impliquant sa belle-fille.


Cette année, cependant, le président a surmonté l’opposition conservatrice pour réussir à assouplir les strictes lois anti-avortement du Chili.
Les critiques conservateurs disent que Mme Bachelet a poussé ses réformes trop loin. Elle n’a pas pu se faire réélire en vertu de la constitution du pays.
M. Guillier, ancien journaliste, représente six partis dans une coalition de gauche. Il a battu l’ancien président Ricardo Lagos pour la nomination du Parti socialiste en avril 2017, promettant de poursuivre le vaste programme de réformes de Mme Bachulet.
Il y a dix ans, l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, Cuba, l’Équateur, le Honduras, le Nicaragua, l’Uruguay et le Venezuela étaient tous dirigés par des dirigeants de gauche.
mais au cours des dernières années, les conservateurs sont arrivés au pouvoir en Argentine, au Brésil et au Paraguay, et la « révolution bolivarienne » du Venezuela a été soumise à de fortes pressions avec des manifestants antigouvernementaux qui descendent dans la rue depuis des mois.

Constant Legagneur

Journaliste - Expert WordPress - Webmaster - Spécialiste en référencement web - Community manager - Freelancer - Professeur. Contact : +50936457054 __________________

error: Contenu protégé