Scandale des œufs contaminés : la Belgique était au courant

Des millions d’œufs ont été retirés des étals de supermarchés en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, en Suède et en Suisse. En cause, une contamination à l’insecticide. A l’origine de l’affaire, des éleveurs néerlandais qui ont fait appel à Chickfriend, une société spécialisée dans l’éradication du pou rouge. Elle a utilisé un produit interdit dans le traitement des animaux destinés à l’alimentation. Une autre polémique est née ce week-end de ce scandale : la Belgique savait depuis début juin que des œufs étaient contaminés, mais n’a pas révélé l’information.


Avec rfi



Le ministre allemand de l’Agriculture souhaite s’entretenir avec son homologue belge à ce sujet dès lundi. « Nous attendions une notification des responsables belges, dit un porte-parole du ministère allemand. Nous sommes au courant depuis début juin », a en effet reconnu l’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA).

L’agence explique avoir gardé le silence à cause de l’enquête en cours. Une justification qui ne semble convenir ni à l’Allemagne ni a l’opposition belge. Pour le parti belge Ecolo, une telle absence d’information pendant deux mois sur une crise sanitaire même potentielle est tout à fait inacceptable. Les socialistes s’interrogent : « Pourquoi les mesures deretrait des œufs contaminés n’ont-elles pas été adoptées dès le mois de juin ? »

En grande quantité, cet insecticide retrouvé dans des œufs – le fipronil -, est considéré comme « modérément toxique » pour l’homme par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’opposition belge demande en tout cas une réunion d’urgence du Parlement pour pouvoir entendre le ministre fédéral de l’Agriculture et l’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire.

Constant Legagneur

Journaliste - Expert WordPress - Webmaster - Spécialiste en référencement web - Community manager - Freelancer - Professeur. Contact : +50936457054 __________________

error: Contenu protégé