DiplomatieINFO

Pourquoi et comment les étrangers arrêtés en Haïti sont retournés ?

Les étrangers lourdement armés arrêtés à Port-au-Prince dimanche 17 février, sont retournés aux États-Unis mercredi soir, sans une seule comparution devant le système judiciaire haïtien. Leur retourne a été ordonné par les plus hautes autorités américaines.

Menottés à leur arrivée à Miami

À leur arrivée à Miami à bord du vol 1059 d’American Airlines, les forces de l’ordre américaines sont montées à bord du vol et ont menotté les hommes, selon un tweet du journaliste haïtien Carel Pedre, qui informe avoir été dans ce même vol d’American Airlines.

Trois heures avant, alors que le vol commençait à décoller de Port-au-Prince, une source policière en a informé qu’«ils sont partis.» a appris Constant Haïti.

Ils sont traités en VIP

Selon les employés de l’aéroport, les hommes semblaient assez à l’aise et ont été emmenés dans la salle diplomatique VIP pour attendre sur le vol après l’achat de leurs billets au comptoir. L’un des deux autres étrangers n’a pas été autorisé à monter à bord du vol par l’immigration haïtienne étant donné qu’il n’avait pas de timbres indiquant son lieu de résidence. Après quelques appels, il a été ajouté sur le vol.

Le ressortissant haïtien, Michael Estera, surnommé “Cliford”, n’a pas été renvoyé aux États-Unis. En effet, il fait face à des accusations d’armes illégales. Les sept autres hommes ont également été accusés d’avoir conduit des véhicules sans plaque d’immatriculation.

D’anciens membres de l’armée américaine

À bord : Christopher Michael Osman et Christopher Mark McKinley, anciens officiers de la Navy Seal, et Kent Leland Kroeker, ancien combattant de la Marine, ainsi que les Américains Dustin Porte et Talon Ray Burton. Les cinq citoyens américains faisaient partie des huit hommes lourdement armés que la Police nationale d’Haïti a arrêtés dimanche soir à un poste de contrôle de la police non loin de la BRH (Banque de la République d’Haïti).

Selon le journal américain Miami Herald, le groupe comprenait également deux Serbes, dont au moins l’un est un résident permanent des États-Unis, et un ressortissant haïtien qui a été expulsé des États-Unis. Tandis que les premières éléments d’information circulés en Haïti ont évoqué un Russe parmi eux.

Accompagnés d’un employé de l’ambassade américaine

Dans une vidéo des hommes à l’intérieur du salon d’American Airlines à l’aéroport Toussaint Louverture, on voit qu’ils sont escortés dans le salon sans menottes, avec un employé de l’ambassade des États-Unis devant et un autre à l’arrière.

À cause de Jean-Henry Céant

Selon une source, le gouvernement américain était intervenu directement et avait exprimé des inquiétudes au sujet de la sécurité du groupe à la suite d’un entretien du Premier ministre Jean-Henry Céant avec la chaîne de télévision américaine CNN, dans lequel il a qualifié les hommes de “mercenaires” et “terroristes”. Ceci a choqué les plus hautes autorités américaines.

Gifle pour la justice haïtienne

Pourtant, certains voyaient cette décision comme une gifle au système judiciaire haïtien, qui a d’ailleurs reçu des millions de dollars d’aide du gouvernement des États-Unis pendant plus de deux décennies.

“Ils ne font pas confiance au système judiciaire haïtien “, a déclaré Pierre Esperance, directeur exécutif du Réseau National de Néfense des Droits Humains (RNDDH). “Nous ne pouvons même pas compter le montant d’argent qu’ils ont dépensé depuis 1995 non seulement pour réformer le système judiciaire haïtien, mais aussi le code pénal et la police… Le gouvernement américain a dépensé beaucoup d’argent.

Le Conseil de sécurité de l’ONU dirige également actuellement une mission de maintien de la paix, la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), qui vise à renforcer le système judiciaire et à professionnaliser les forces de police. La force a été louangée pour l’arrestation des hommes, qui se promenaient dans deux véhicules sans plaques d’immatriculation et un arsenal d’armes automatiques et de pistolets.

Ils ont prétendu qu’ils étaient en “mission gouvernementale” lorsqu’ils ont été arrêtés par la police près de la BRH.

“Ils auraient dû au moins les laisser comparaître pour la première fois devant les tribunaux haïtiens “, regrette M. Esperance.

Constant Haïti avec Miami Herald

Suivez les dernières nouvelles, Suivez nous sur twitter : @ConstantHaiti

2019-02-20 19:23:37
Constant Haïti
E-mail: redaction@constanthaiti.info Téléphone: +50936457054
Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité