InternationalVenezuela

Crise au Venezuela : chasse à Maduro, l’OEA reconnait Guaido, l’autoproclamé “président en exercice”

Luis Almagro, secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), basée à Washington, a félicité mercredi Juan Guaido, le président du Parlement vénézuélien, qui s’est autoproclamé mercredi «président en exercice» du pays.

Juan Guaido, l'autoproclamé président au Venezuela OEA
Juan Guaido, l’autoproclamé président au Venezuela

«Nos félicitations à Juan Guaido, le président en exercice du Venezuela. Il a toute notre reconnaissance pour impulser le retour de la démocratie dans ce pays», a tweeté M. Almagro, qui avait déjà fait savoir il y a quelques jours qu’il le considérait comme «président par intérim» du Venezuela.

Devant des milliers de partisans réunis à Caracas, M. Guaido a lancé mercredi depuis une tribune : «Je jure d’assumer formellement les compétences de l’exécutif national comme président en exercice du Venezuela pour parvenir (…) à un gouvernement de transition et obtenir des élections libres».

Cet ingénieur dans l’industrie, âgé de 35 ans, est rapidement devenu le visage de l’opposition vénézuélienne en prenant le 5 janvier la présidence du Parlement, seule institution échappant au régime en place. Nicolas Maduro a commencé le 10 janvier son second mandat de président du Venezuela pour six ans, après une victoire électorale décriée par l’opposition et par la communauté internationale. Ce jour-là, l’OEA avait adopté une résolution déclarant son mandat illégitime. L’organisation a prévu une session extraordinaire jeudi à 16H00 GMT pour examiner «les récents développements» au Venezuela.

Le 15 janvier, dans une tribune au quotidien américain The Washington Post, M. Guaido avait invoqué des articles de la Constitution appelant les Vénézuéliens à rejeter les régimes ne respectant pas les valeurs démocratiques. Il s’était dit «tout à fait en mesure et désireux d’occuper les fonctions de président par intérim afin d’organiser des élections libres et justes».

Le Venezuela est en proie à une grave crise politique et économique qui a forcé 2,3 millions de personnes à fuir depuis 2015, d’après l’Organisation des Nations unies. Cette crise dans cet ancien pays riche, grâce à ses réserves de pétrole, provoque des pénuries alimentaires et de médicaments. D’après le Fonds monétaire international (FMI), l’inflation devrait atteindre 10.000.000% en 2019.

2019-01-23 17:20:53
Constant Haïti
E-mail: redaction@constanthaiti.info Téléphone: +50936457054
Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité