Publicité: 36457054

ADIH : booster l’emploi par l’harmonisation des salaires de jour et de nuit

Share:

    L’ADIH, habitée par de nouvelles espérances, voit grand : dix mille emplois cette année, le double en 2018. Elle attend des coups de pouce, comme l’harmonisation des salaires de jour et de nuit.


National – Le Parlement est presque complet. Dans 22 jours, le 7 février 2017, Jovenel Moïse doit prêter serment pour devenir le 58 e président d’Haïti. La page de l’interminable processus électoral se tourne. Il y a désormais de nouvelles espérances. Pour certains, la normalisation institutionnelle devra ouvrir la voie à la mise en place d’un agenda législatif susceptible de faciliter les affaires, la création d’emplois. Le président de l’ADIH, l’industriel Georges Sassine, a confié au journal être en discussion depuis l’été 2016 avec des parlementaires, entre autres, sur l’abrogation d’une disposition du Code du travail pour que le salaire de jour soit pareil à celui de nuit.

 Cette disposition peut provoquer une augmentation de 30 % des emplois dans le secteur textile destiné à l’habillement, a-t-il tablé. « Ceci dit, il y a beaucoup d’autres facteurs désuets à changer dans le Code du travail. Nous voudrions même que soit créé un ministère du travail séparé du ministère des Affaires sociales », a souligné Georges Sassine. Pour l’industriel, optimiste, le secteur devra créer entre « 8 000 et 10 000 cette année » et quelque 20 000 en 2018. «Nous devrions dépasser le milliard cette année en termes d’exportation », a-t-il dit. 10 000 emplois en 2017, et plus de 20 000 en 2018 sont des perspectives très intéressantes. L’industrie emploie environ 40 000 personnes aujourd’hui, donc il s’agit d’un doublement de production, susceptible de générer 400 millions de dollars d’exportation en plus, et de ce fait, une capacité d’augmentation d’importations additionnelles de 400 millions également, a expliqué l’économiste Pierre Marie Boisson. La meilleure compétitivité de ce secteur est « due à la combinaison de facteurs, incluant la dépréciation de la gourde, la construction de nouveaux espaces industriels, les incitations offertes par BRH », a-t-il poursuivi. Il y a des avantages à la dépréciation dont l’accroissement de la compétitivité des industries de biens échangeables internationalement, les exportations, la substitution à l’importation, incluant production agricole et tourisme, a détaillé Pierre Marie Boisson. Pour l’économiste, l’harmonisation des salaires de jour et de nuit « permettrait aux industries qui le peuvent de doubler, voire tripler leur production sans augmenter leur investissement immobilier et en machinerie ». « Ceci suppose bien sûr d’autres efforts, tels l’organisation du transport de nuit. Il s’agit donc, là encore, d’une contribution significative à la compétitivité de l’économie », a-t-il fait remarquer. En Haïti, il y a beaucoup d’opportunités de création d’emplois. Il faut un Code du travail qui soit nouveau, moderne, sans zones d’ombre pour protéger les travailleurs et promouvoir la création d’emplois. On n’a qu’à copier ce qui se fait ailleurs qui promeut les règles de base du travail.
 Partout dans le monde, on paie les jours fériés comme on paie pour les lundis. Nous avons besoin que les compagnies paient leurs ouvriers par virement bancaire, a confié l’industriel Fernando Capellan du Grupo M, propriétaire de CODEVI, à Ouanaminthe. À la fin de 2017, CODEVI atteindra 14 000 emplois, a indiqué l’industriel. Le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois, lors de l’interview traditionnelle de début d’année avec Kesner Pharel (Rendez-vous économique/Radio TéléMétropole), a évoqué les perspectives pour les zones franches.« Pour les zones franches, on devrait arriver à 2 millions de m2 supplémentaires d’usine qui augmentera jusqu’à 240 000 le nombre des emplois », a dit le gouverneur de la BRH. « Nous sommes pro-croissance. Nous continuons de jouer notre rôle de stabilisation mais toujours avec un regard vers les secteurs pour la croissance », a souligné Jean Baden Dubois.

Constant Haïti
Previous Article

​Quand les journalistes sont menacés de mort par la “Baz Dlo nan Je” !

Next Article

​Transfert: Duckens Nazon signe en Angleterre à Wolverhampton