Publicité: 36457054

​Quand les journalistes sont menacés de mort par la “Baz Dlo nan Je” !

Share:

Écrit par Toussaint Kislon

l’Observatoire Haïtien pour le Droit et la Liberté de la Presse, OHDLP et L’Organisation de Défense de la Justice Sociale des Policiers, ODJSP, dénoncent et condamnent avec véhémence la menace de mort dont est l’objet les journalistes Osnel Jean Baptiste, Me Morin, Responsables de l’émission “Ann pale” et Me Calas Alex, Responsable de l’émission “Brase lide”, tous, journalistes à la radio RCH 2000, par la dénommée “Baz Dlo nan Je”. 
Le droit d’expression est dûment consigné dans la Loi mère en ses articles 28 et 28.1, donc, il est du devoir des autorités de l’État d’apporter assistance pleine et entière à ces journalistes. ODJSP se dit consternée de voir comment que la menace de “Baz Dlo nan Je” à l’endroit-même de ces journalistes qui défendent la population et qui mènent de concert avec ODJSP toute une bataille pour le respect des droits et de la justice sociale des policiers, a été prise avec nonchalance, à la légère par ceux qui sensé les protéger.
Depuis les années 2000, des individus malintentionnés se sont regroupés sous des noms atypiques de “Baz” pour mener des actions subversives et contraires à la Loi. D’abord, ils menacent les honnêtes gens, puis, mettent à exécution leurs menaces tout en commettant leurs forfaits sans en être inquiétés. Bien souvent ils agissent pour le compte des politiques en général, et des groupes d’intérêts en particulier. Compte tenu que nous avions vécu de moments difficiles avec ces “Baz”, nous demandions à toutes les forces vives de la communauté de s’unir tel un seul homme pour éradiquer cette pratique qui se veut courante dans les milieux et secteurs hostiles à la démocratie.
La radio RCH 2000 a le droit de garder une ligne d’éthique propre à elle-même, sans pour autant faire les quatre volontés d’un quelconque secteur. Car, une presse aux mains des nantis, du gouvernement ne contribue nullement à la bonne marche du pays. Nul journaliste des émissions précitées ne doit être objet de menaces sous aucune forme que ce soit, parce qu’il jouit de ses droits fondamentaux.

Ainsi, l’Observatoire Haïtien pour le Droit et la Liberté de la Presse, OHDLP et L’Organisation de Défense de la Justice Sociale des Policiers, ODJSP, recommandent qu’une enquête soit diligentée pour qu’on arrive à mettre sous les verrous les membres et ceux qui donnent des ordres à la fameuse “Baz Dlo nan Je”, qui nuit grandement aux droits fondamentaux des autres. Nous ne saurions accepter que des pestiférés viennent nous compliquer la situation, déjà tendue.
La bonne Presse est un pilier de la démocratie parce qu’elle contribue à former et informer la population sur ses droits et devoirs, tout en permettant à cette dernière de s’exprimer librement et d’émettre sans ambages ses opinions.
Nous ODJSP et OHDLP, sommes solidaires aux journalistes Osnel Jean Baptiste, Me Morin et Me Calas Alex de la radio RCH 2000, qui contribuent à la mise en place de la bonne Presse, du même coup nous demandons que la “Baz Dlo nan Je” soit mise hors d’état de nuir.

Non au musèlement de la Presse !

Toussaint Kislon

ODJSP, OHDLP, PKL

Constant Haïti
Previous Article

​Haïti-police : La 26ème promotion est-elle de la PNH ?

Next Article

ADIH : booster l’emploi par l’harmonisation des salaires de jour et de nuit