Publicité: 36457054

​Haïti, la problématique des enfants-mères !

Share:

Par Toussaint Kislon
Cela fait un bon bout de temps depuis qu’on constate un phénomène qui se veut grandissant dans le pays, il s’agit des enfants-mères. Beaucoup de jeunes adolescentes se font prendre dans le piège du jeu luxurieux de l’amour et deviennent enceintes. Avec l’éclatement du tissu familial et social, ce phénomène prend une toute autre allure, ajouter à cela la précarité économique de nombre de familles.
Ça fait plus de trente(30) ans depuis que le problème démographique du pays n’a pas été résolu par l’État, donc, certaines institutions religieuses en ont profité pour métastaser, répandre des croyances liées à la résignation et à la fatalité tout en faisant croire au gros du peuple que le nombre croissant d’enfants est de plus en plus une bénédiction. Désormais, nous voici à la croisée des chemins avec des familles dont la taille moyenne est de six(6) enfants.

Dans la sociologie religieuse haïtienne, le contrôle des naissances, la contraception a une mauvaise perception. Est mal vue dans la société haïtienne, toute personne qui pratique des méthodes contraceptives non abortives, donc, de là est née la tendance “enfants-bénédictions” : autant qu’on a des enfants, autant qu’on est “béni” sans pour autant prendre en compte les nombreux paramètres qui participent au développement intégral des enfants.
Avec les familles extrêmement vulnérables, les adolescents sont bien obligés de se procurer de ce qu’ils ont besoin pour leur existence physique et matériel, néanmoins, toutes sortes de combines leurs sont bonnes pourvu qu’elles les assurent cet impérieux besoin. La grande victime de ces aventures sont généralement les jeunes filles, les adolescentes. Comment comprenez-vous qu’une famille entière est à la charge d’une jeune fille de moins de dix-huit ans? La genèse de la problématique des enfants-mères est l’effritement des valeurs morales et le relâchement familial. Nombreuses adolescentes qui sont devenues mères, le sont par la faute d’un adulte-prédateur sexuel.
Les enquêtes menées révèlent que beaucoup de jeunes filles de moins de dix-huit ans, ont eu au moins une fois de leur vie, une relation sexuelle avec un adulte. Bien souvent, les parents sont au courant de la relation malsaine de leurs adolescentes, mais ils font profil bas juste parce que cela leur procure un certain avantage économique et matériel. La problématique des enfants-mères encourage la délinquance juvénile et sénile. Le vagabondage général et généralisé font des ravages dans la société, traînant dans leur sillage des conséquences malheureuses et désastreuses.
Pour éradiquer ce mal et remédier à cette situation, l’union de ces trois entités deviennent plus que nécessaires : la famille – l’État – et les autorités morales(instances religieuses). 

En somme, que toutes les forces vives du pays s’unissent entre elles pour nous éviter la disparition de la moralité et de l’éthique. Reconstruisons la société sur des valeurs de haute citoyenneté et hautement morales, ce qui donneront comme résultat des institutions républicaines fortes. 

Vive la famille, vive la citoyenneté engagée, vive les valeurs morales !

Toussaint Kislon

 ODSP, PKL, OHDLP

Constant Haïti
Previous Article

Enex Jean-Charles remet sa démission 

Next Article

PUBLICATION DES RESULTATS DEFINITIFIS DU SECOND TOUR DU TIERS DU SENAT POUR CINQ DEPARTEMENTS ET DES RESULTATS PRELIMINAIRES DES ELECTIONS POUR LES DELEGUES DE VILLE DU 29 JANVIER 2017